Accueil

 

Les rues

Les places

Les ponts

Parcs et jardins

Fêtes et festivals

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

La mairie de Lyon


wn

wo

wp

wq

wr

ws

wt

wu

wv

ww

wy

wz

ya

yb

yc

yd

ye

yf

yg

yh

yi

yj

yk

yl

ym

yn

yo

yp

yq

yr

ys

yt

yu

yv

yw

yy

yz

za

zb

zc

zd

ze

zf


Montée du Gourguillon

Montée du Gourguillon






Situation


  • Le Gourguillon monte de la place de la Trinité à la rue des Farges, du Vieux Lyon jusqu'à Saint Just.

  • C'est la montée la plus pittoresque de Lyon, chargée de l'histoire de deux mille ans de cheminements.

  • Les voitures garées gâchent un peu l'ambiance médiévale.



Architecture


  • C'est une montée assez étroite, assez raide, pavée, vaguement tortueuse entre de vieilles maisons.

  • Le n°2 est une traboule fermée vers le Chemin Neuf, cette maison ouvre par de grandes arches, aux étages, les fenêtres sont soulignées par de petites sculptures. En face, le n°3 est parfois ouvert vers la rue Saint Georges. En levant la tête, on aperçoit une tour rouge, on voit mieux cette maison depuis la rue Sala sur la presqu'île.

  • Coté ouest, dos à la pente, quelques parcelles sont en ruine, il ne reste que les murs jusqu'au n°12.

  • Face à la pente, ce sont des maisons hautes, dont le n°5 a une belle porte cloutée, le n°27 a de belles fenêtres croisées, bien restaurées. Il y a une zone non construite au croisement de la rue Calliat. Elle permet une belle vue sur les toits de Lyon et Saint Georges quand la végétation n'est pas trop haute. Quelques bancs de pierre permettent de se reposer.

  • Un grand portail de pierres blanches cache le jardin d'une propriété, à l'emplacement des religieuses du Verbe Incarné.

  • A partir du n°14, c'est une alternance de maisons et de gros murs de jardins, en second plan, ce sont de grands murs de soutènement avec des jardins et d'autres maisons.

  • La montée passe la place Beauregard en faisant un coude.

  • Elle reprend entre de vieilles maisons, plus basses, un à trois étages, avec une belle série d'arches coté nord. Le n°35 a une belle porte toute simple.

  • Au n°39, un replat est occupé par un jardin privé, le clos Vendôme, une grande allée mène à la maison.

  • Le n°43 est surprenant par un mur légèrement en avancée sur le corps de façade.

  • Il faut ouvrir l'oeil pour apercevoir la minuscule vierge du 58.



Dédicace


  • Le nom de Gourguillon viendrait d'une déformation du latin gurgulio qui voulait dire gorge.

  • Cela en fait probablement la voie de Lyon dont le nom remonte le plus loin dans le temps.



Histoire


  • C'est un cheminement naturel, utilisé depuis toujours qui est devenu la montée principale vers Saint Just et Fourvière durant tout le moyen âge.

  • La légende raconte qu'en 176, lors du martyre des chrétiens, le sang coula tant dans le Gourguillon qu'il se répandit dans la rivière Arar, il la rougit de manière si impressionnante que les observateurs nommèrent la rivière Sagona, de Sanguinis, ce qui nous vaut aujourd'hui de parler de la Saône. En fait, le nom de la Saône vient de Chalon et d'une source nommée Sauconna qui signifie eau sacrée que les romains ont adopté puis déformé en Sagonna.

  • En 1218, les frères prêcheurs sont venus s'installer au Gourguillon, à la Madeleine avant de descendre aux Jacobins.

  • En 1269, la limite de Lyon et de Saint Just était en haut du Gourguillon, c'est ici que les Lyonnais franchirent les portes de la ville pour monter à l'assaut du bourg de Saint Just où s'étaient réfugiés les chanoines comtes.

  • En 1271, les citoyens ont fortifié la maison de la Madeleine dans le Gourguillon. Au 13e siècle, la porte de la Madeleine fermait la ville de Lyon devant le verbe incarné.

  • Le 14 novembre 1305, le pape Clément V qui venait d'être couronné pape à l'église Saint Just emprunta le Gourguillon en compagnie du roi Philippe le Bel et d'un grandiose cortège. Un mur de soutènement sur lequel était montée la foule des curieux s'effondra, blessant le pape qui y perdit sa tiare et une escarboucle d'une valeur inestimable. Le grenat n'a jamais été retrouvé ! Le frère du pape, le duc de Bretagne et dix autres proches moururent dans cet effondrement.

  • Au 16e siècle, les soeurs Trinitaires se sont installées au n°2, les Clarisses y avaient aussi une maison.

  • Le monastère du Verbe incarné s'est installé en 1655 à la place de la recluserie de la Madeleine, la terrasse avait été remblayée au 17e siècle.

  • Un peu plus haut, au clos Vendôme, on a trouvé la mosaïque de l'amour et du dieu Pan exposée encore plus haut au musée gallo romain.

  • Armand Calliat était orfèvre dans le Gourguillon, dans le monastère du Verbe Incarné aussi qui avait été transformé en école et utilisé par la chambre des notaires au 19e siècle.

  • En 1856, le père Jandel sortant de la messe à Saint Jean fut invité par un homme étrange à se rendre au Gourguillon. Il entra dans une maison où une messe noire était en préparation, quand l'officiant entra, le père sortit son crucifix et, l'officiant qui se révéla être le diable disparut dans un grand tremblement de fumée.

  • Joseph Folliet, dans la joyeuse philosophie des gones parle de l'histoire du sage Téterel, au moment de la mort de sa tante sage femme, il occupa son local, la seconde partie de l'enseigne tomba et Téterel eut à faire face à une nombreuse clientèle.

  • Pierre Bellemare raconte l'histoire extraordinaire de Pietro Pizzani, qui vivait vers 1960 avec son élevage de lapins, dont Michel le roi des lapins qui lui intima de tuer sa maîtresse, de fabriquer un trône avec son corps coulé dans le béton et de noyer la tête à Rome. Ce qui fut fait, puis découvert quand Pizzani alla se dénoncer à la police.



Art et associations


  • Le Gourguillon a inspiré l'Académie du Gourguillon, extrêmement active au 19e siècle, sa fille spirituelle, l'Académie des pierres plantées a publié le livre d'angle de toutes les bibliothèques lyonnaises : la plaisante sagesse lyonnaise de Catherin Bugnard.

  • Le café théâtre la maison de Guignol est tout en bas avec des automates en vitrine.



Commerces et services


  • Il n'y avait pas de commerces, depuis, une chambre d'hôtes a ouvert.



Septembre 2006

 














Powered by WysiUp


Accueil | Retour | Haut de la page